Est-il possible de développer sa masse musculaire par le simple pouvoir de la pensée ? Peut-on avoir un corps d’athlète sans faire le moindre effort ? Eh bien… Oui et non ! Laissez-moi vous expliquer…

Des chercheurs de l’Université de l’Ohio ont publié une étude affirmant qu’il était possible de se muscler et cela rien qu’en pensant à une activité physique !

Pour vérifier la véracité de cette étude, un groupe de journalistes américains du Journal of Neurophysiology ont mené une petite expérience intéressante : ils ont pris 2 groupes de personnes auxquelles ils ont plâtré l’avant-bras, poignet inclus. Ils ont ensuite demandé au premier groupe de vivre leur vie normalement, sans rien faire de particulier, tandis que le deuxième groupe devait faire un exercice mental pendant 1 mois et 5 fois par semaine : penser (et uniquement penser) à contracter le plus fort possible les muscles de leur poignet plâtré.

Résultat ? A la fin de l’expérience, les personnes du premier groupe avaient perdu 45% de leur force musculaire alors que les personnes du second groupe n’avaient perdu que 23% en moyenne ! Incroyable, n’est-ce pas ?

Une histoire de stimulation neuronale…

Mais alors, quelle est cette sorcellerie ? Quel mécanisme se cache derrière ce phénomène ?

Eh bien pour résumer, tout se passe au niveau du cerveau. Lorsque l’on pense à faire une action physique, contracter le poignet par exemple, cela active le cortex prémoteur et le cortex moteur primaire, zones cérébrales responsables de la motricité. Comme ils s’activent, notre corps activent les connexions neuronales et nerveuses qui correspondent au mouvement imaginé… et cela suffit à « faire travailler » les muscles qui y sont associés et à augmenter leur masse !

« Bon, et mon corps de rêve promis dans ton titre d’article, je peux l’avoir en restant dans mon transat ou pas ? »

Désolé de vous décevoir mais… pas vraiment ! Le « vrai » sport reste le moyen le plus efficace pour se muscler. Ceci dit, n’hésitez pas à introduire quelques « pensées sportives » à vos séances quotidiennes de méditation où d’auto-hypnose ! Vous savez désormais que cela stimulera réellement vos abdos !

« Evidemment, le sport mental ne vaudra jamais une séance dans une salle
d’entraînement », rappelle Brian Clark, chercheur au département biomédicale de l’Université de l’Ohio et co-auteur de l’étude.

Mais « cette découverte pourrait déboucher sur le développement de nouvelles thérapies cognitivo-corporelle » ajoute son collègue Niladri Kumar Mahato, analyste morphométrique. 

Au delà des muscles…

Dommage pour le butter summer body à zéro effort, pas vrai ? Mais réjouissez-vous car cette étude et cette expérience apportent une nouvelle pierre à l’édifice qui affirme que nous sommes ce que nous pensons. Et nous émettons spontanément en moyenne 70 000 pensées par jour ! Certaines positives qui nous tirent vers le haut, et d’autres négatives et qui nous tirent vers le bas. Au delà du développement musculaire, nos pensées influent également sur la création et la libération de nos hormones, véritables messagères et actrices de nos mécanismes physiologiques, de notre humeur et de notre santé mentale. Il est donc essentiel de prendre conscience de ces pensées qui nous traversent, car elles laissent bel et bien des traces physiques et physiologiques. Et j’ai une bonne nouvelle pour vous : nous avons le pouvoir d’orienter nos pensées pour notre bien !

Mais ceci est une autre histoire… Pour un futur article ?

Si ce genre de sujets vous intéresse, abonnez-vous à la newsletter
& à HypCast sur Apple Podcasts, Deezer ou Spotify! 😉